Le terrain

Première étape de votre projet de construction : Le choix d’un terrain.

Recherche du terrain de construction - DLH à CaenDifficile à trouver, des tonnes de choses à vérifier, des surcoûts à envisager, c’est une acquisition qui mérite réflexion.

DLH est là pour vous guider au mieux et ne pas céder à la précipitation.

Comment trouver un terrain?

Les agences immobilières,Les petites annonces, les géomètres, les aménageurs lotisseurs ou encore les notaires ou les mairies des communes que vous visez.

Parlez nous-en, notre réseau de professionnels nous informe régulièrement des terrain disponibles.

 

Avant de faire l’acquisition du terrain, il convient de vérifier quelques éléments essentiels :

 

  • La Situation géographique :
 

L’argument de choix est souvent la proximité du terrain avec son lieu de travail.

Mais s'éloigner, c'est aussi un coût de transport plus important, mais aussi, un terrain moins cher et des impôts moins élevés.

 

Il est important également de vérifier les points suivants :

  1. Les commodités : écoles, magasins, médecins, gare, etc ...
  2. les facilités d'accès : Veillez à ce que votre terrain soit bien desservi au niveau routier
  3. les aspects financiers: taxe d'habitation, taxe foncière mais aussi prix (et qualité) de l'eau.

 

  • Les nuisances :

 

Les nuisances peuvent être nombreuses :

Voie de chemin de fer , pensez à la revente ! Présence d'un couloir aérien, Présence trop proche d'un axe routier important, Terrain à proximité d'un carrefour, rond point, feu rouge

Examinez le Plan de Prévention Des Risques Naturels (PPRN) en mairie.

C’est ce document qui précise si le terrain est placé dans une zone présentant des risques naturels tels que les inondations, les glissements de terrain, les tassements, et autres  secousses sismiques…

N'hésitez pas à discuter avec vos futurs voisins.

 

  • L’Emplacement, l’orientation :

 

L'emplacement du terrain et son intégration dans son environnement sont très importants. Suivant l'emplacement de votre terrain dans sa commune, votre future maison devra répondre à certaines règles strictes de construction.

Distance par rapport aux limites du terrain, hauteur maxi, occupation maximale des sols (COS), etc. N'hésitez pas à vous rendre en mairie pour consulter le PLU (plan local d'urbanisme) ou POS (plan d'occupation des sols) afin de savoir précisément ce que vous pourrez construire ou non.

 

  • La topologie.
 
  • La pente du terrain.
 

Même une très légère pente peut avoir une incidence certaine sur le coût de votre future construction.

si le terrain est arboré, il faudra prendre en compte le déboisement, qui a un coût !

 

  • L'orientation :

 

De façon générale, opter pour un terrain dont l'entrée se situe plutôt coté nord,

permettant un accès à la maison sans manger du terrain au sud.

 

Deuxième étape: Les démarches.

 

DLH vous assiste dans tous les aspects techniques et administratifs relatifs au terrain:

 

  • Obtenir le certificat d’urbanisme :

 

Document à demander en mairie ou à la DDE, il est primordial car il vous permet de  connaître l’état de constructibilité du terrain.

Le certificat d’urbanisme précise également si le terrain convoité est situé dans une zone à risque ou sur un secteur protégé. Enfin, les dispositions d’urbanisme à respecter y sont énumérées.

On retrouve notamment  la densité de construction autorisée ou les contraintes techniques comme le type de toiture, la hauteur du bâtiment, son aspect extérieur ou les plantations imposées.

 

  • Examiner les plans

 

les Plans d’Occupations des Sols (POS)  et les Plans Locaux d’Urbanisme (PLU) sont aussi riches d’informations. Vous y trouverez également la surface hors œuvre nette (SHON) maximale constructible sur la parcelle.

Le Plan de sauvegarde et de Mise en Valeur qui vous indique si votre terrain est dans un secteur protégé et donc soumis à des règles d’urbanisme strictes comme la validation du projet de construction par un Architecte des Bâtiments de France.

 

  • Borner le terrain
 

Même s’il n’est pas obligatoire et un peu coûteux, le bornage du terrain est la seule façon de connaître exactement la surface que l’on achète. Effectué par un géomètre, le bornage fixe définitivement la taille de la parcelle et en précise les limites. Cette information est ensuite incontestable, un argument fort en cas de litige avec le voisinage.

 

  • La viabilisation

 

S’il est situé hors lotissement, votre terrain dispose-t-il des arrivées d'eau, d'électricité, de téléphone, de gaz ? Si ce n'est pas le cas, ces travaux seront à votre charge et la facture peut souvent être élevée.

 

  • L'assainissement.

 

Votre terrain a-t-il accès au tout à l'égout ? dans le cas contraire vous allez devoir créer une fosse septique qui va entraîner une étude de sol, une étude de filière …

 

  • La nature du sol et du sous sol

 

Ce n’est pas parce qu’un terrain est déclaré constructible que la qualité est forcément de mise. Il est prudent de s’assurer que la qualité du sol n’aura pas de conséquences sur votre projet et entraîner par exemple des fondations spéciales.